Critique film : Le Mirage, de Ricardo Trogi (2015)

1449337179-imageRéalisation : Ricardo Trogi

Scénario : Louis Morissette

Distribution : Louis Morissette, Julie Perreault, Patrice Robitaille, Christine Beaulieu…

Synopsis : Père de famille, gérant de son magasin de sport, propriétaire d’une belle maison, Patrick Lupien a la belle vie. De prime abord… Mais se sentant délaissé par sa femme, victime d’un burn out, il vit sa sexualité à travers la pornographie. Etranglé par les dettes, il sent son magasin lui filer entre les mains… Alors qu’il a entamé la trentaine, Patrick est perdu. Incapable de s’ouvrir à ses proches, il est sur le point de craquer… sans pouvoir se l’avouer.

Durée : 1h42

—–

Critique

La crise du couple et le fantasme de l’infidélité sont des sujets abordés à maintes reprises au cinéma, d’Un éléphant ça trompe énormément à Comme un avion, en passant par Les 3 p’tits cochons et Pour une nuit. Avec Le Mirage, écrit par son interprète principal Louis Morissette, Ricardo Trogi l’aborde sans fascination ou attractivité. La trajectoire de Patrick, le protagoniste, est celle d’une lente et inexorable chute, s’abîmant et abîmant ses proches. La chimère, à l’imagerie volontairement grossière de film porno, se transforme peu à peu en drame intimiste, ponctué de scènes d’une cruauté assurée. Un glissement bienvenu… mais finalement vain et stérile.

Au fil de la trajectoire de Patrick, le film aborde de nombreuses thématiques. Si la destruction du couple, assiégé par le temps, les responsabilités parentales et la misère sexuelle, est ponctuellement mordante (par exemple à travers deux ou trois répliques d’une effroyable méchanceté, et notamment dans la scène finale entre Patrick et sa compagne, que la révélation de la vérité crue rend poignante), la critique du consumérisme – un thème, de manière incompréhensible, majoritaire du Mirage – est un ratage frustrant, à la fois superficiel et peu subtil. Cette charge contre l’accumulation est plus intéressante lorsque Trogi en fait une composante du cadre (l’enchainement des bibelots superflus, l’encombrement volontaire du cadre par des objets…) que lorsque les dialogues ne se résument qu’à une succession de dépenses. Surtout, cette critique du consumérisme n’a qu’une dimension et n’est finalement envisagée qu’à travers son contrepoint : le vide émotionnel que l’argent doit combler, cacher, remplacer… Le discours est simpliste et enfoncé trop grossièrement dans les oreilles du spectateur : plus on possède, moins on ressent. Une équation trop naïve pour être… juste.

Moins inventive et authentique que dans ses chroniques autobiographiques, la mise en scène de Ricardo Trogi se révèle également trop gentillette. Et parfois empruntée. Certaines facilités  de réalisation (le parallèle flagrant entre la maison trop pleine et le camping car trop vide, l’inventaire des objets de la maison rappelant Fight Club, la mise en scène à l’image des textos…) et un penchant trop fréquent à laisser les clés de l’émotion du film aux chansons d’illustration (MGMT pour l’exaltation, Radiohead pour le vertige, le magnifique morceau Deux saisons trois quarts de Louis-Jean Cormier dont la puissante mélancolie vampirise complètement les images finales du film…) distillent l’impression d’un film impersonnel. Bien léché mais impersonnel.

Au final, la limite du Mirage, et l’origine de sa superficialité, est l’absence d’une quelconque « vraie » subversion, rendant en définitive le film prévisible et policé, et l’empêchant de se transcender et d’échapper à sa nature anecdotique. Pire: à n’apporter aucune conclusion à la trajectoire destructrice de Patrick, incapable de choisir entre purgatoire et enfer, Le Mirage se révèle timide. Une tiédeur en contresens total avec la tempête existentielle qu’il est censé raconter…

Note : 2 sur 5

——

Date de sortie : 5 août 2015

Box office : 326 008 entrées

Disponible en DVD

Publicités

2 réflexions sur “Critique film : Le Mirage, de Ricardo Trogi (2015)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s