Critique film : 10 1/2, de Podz (2010)

copyright : Zoofilms
copyright : Zoofilms

Réalisation : Podz

Scénario : Claude Lalonde

Synopsis : Suite à une agression, le jeune Tommy est envoyé en centre de réhabilitation. Dans cet environnement fermé, il est suivi par l’éducateur Gilles, conscient de la blessure profonde du jeune garçon mais incapable de lui venir en aide…

Durée : 1h56

———-

Critique

Deuxième long métrage du réalisateur Podz, 10 1/2 est, comme Les 7 jours du Talion, une expérience éprouvante pour le spectateur. Dur, intransigeant, saisissant, et ce dès la toute première scène, ce film flirte parfois avec les limites du supportable… jamais gratuitement, toujours dans une maitrise déconcertante de son sujet et de sa mise en scène. Podz montre une autre facette de sa mise en scène en changeant complètement de style, à l’opposé de l’image très étudiée et calibrée du Talion.

Car il y a clairement du documentaire dans la façon qu’a Podz d’aborder le quotidien de ce centre de réhabilitation de jeunes garçons. Dans son envie évidente de montrer le travail quotidien des éducateurs, de laisser filer une scène a priori anodine pour la voir se transformer de manière organique en intense scène d’altercation, dans ses dialogues parfois désarmants de brutalité, dans son refus de la concession aussi. Toujours au plus près de ses personnages, n’hésitant pas à user de la caméra épaule, moins pour mimer la réalité que pour coller à la vérité de la scène, quitte à mettre de côté tout esthétisme, Podz ne lâche pas Tommy d’une semelle, à l’image de Gilles, son éducateur. Il y a chez lui une humilité vis-à-vis de la souffrance de Tommy, une intransigeance du « non style » et une propension à accepter et montrer la dureté, sans jamais tomber dans le piège de la scène spectaculaire et gratuite, une humilité du metteur en scène face au sujet traité et une volonté jusqu’au-boutiste de ne pas corrompre ce qui se joue (la signification d’une scène, le jeu du comédien, l’émotion créée devant l’objectif…).

Et que dire du jeune Robert Naylor ! Ses explosions de rage sont terribles. Podz décide de les montrer dans la durée et de ne pas en éluder la récurrence, jusqu’à épuisement. Mais là réside justement un des secrets de 10 1/2 : cette colère, expression d’un mal être profond et incompréhensible, est aussi le suicide progressif d’un enfant brisé et sans perspective. Cette rage est une douleur qui se révèle finalement plus rude que jamais sur le visage de Tommy apaisé. Podz le montre régulièrement tourné vers l’extérieur, à la fenêtre de sa chambre, dans une voiture, derrière un grillage, laissant entrevoir un regard doux perdu au milieu d’un visage dur, comme un enfant de 10 ans et demi ne sachant pas comment faire pour appeler à l’aide…

Note : 4 sur 5

———-

Date de sortie : 29 octobre 2010

Budget : 3,9 millions de dollars

Box office : 41 036

Disponible en DVD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s