Critique film : Y’en aura pas de facile, de Marc-André Lavoie (2010)

copyright : Orange Médias
copyright : Orange Médias

Réalisation et scénario : Marc-André Lavoie

Distribution : Rémy Girard, Suzanne Clément, Claude Legault, Patrice Robitaille, Denis Bouchard, Mahée Paiement, Rachid Badouri, David Boutin…

Synopsis : Bien décidé à trouver une compagne, Réjean s’inscrit sur un site de rencontre. Une des étapes pour cette adhésion requiert d’enregistrer une vidéo pour se présenter. L’occasion pour le biographe de se raconter à travers les différentes femmes de sa vie. Et de confondre parfois sa biographie avec son imaginaire…

Durée : 1h34

———-

Critique

Bien qu’éminemment sympathique et généreux, Y’en aura pas de facile se prend les pieds dans son concept. Comme lorsqu’un ami se met à raconter des anecdotes sur sa vie, on se surprend à être intéressé par quelques histoires rocambolesques et à se demander pourquoi notre narrateur s’est arrêté aussi longtemps sur d’autres épisodes dénués d’intérêt. Car le gros risque d’une construction en flashbacks, éparse et sans colonne vertébrale dramatique, est bien la « mise en concurrence » de ces vignettes. A moins d’un petit miracle, une scène particulièrement bonne fait logiquement de l’ombre à une qui l’est moins… et inversement.

A ce petit jeu, Y’en aura pas de facile est une véritable montagne russe : lorsqu’une scène est réussie, elle l’est parfaitement (la séquence du tueur à gages Claude Legault… qui, sur le papier, était loin d’être la plus simple à tenir !), lorsqu’elle est ratée, le temps passe lentement (David Boutin face à Rachid Badouri…) Heureusement on peut toujours compter sur les comédiens de talent – et ils sont très nombreux dans ce film – pour transcender le texte ou le sauver. Un jeu que pratiquent avec brio la formidable Suzanne Clément et Rémy Girard, alias Réjean, qui est un véritable monstre de sincérité dramatique, capable, par son seul tempo, de rappeler que la simplicité est le meilleur allié de la comédie.

Si le réalisateur et scénariste Marc-André Lavoie choisit de donner des tonalités différentes à ses scènes (le drame, le comique de situation…) et de les présenter parfois dans le désordre, c’est sans doute pour se rapprocher de la vérité de nos souvenirs : ils sont souvent flous, reconstruits rétrospectivement et nous jouent parfois des tours. Malheureusement leur enchainement trop brutal provoque une collision de laquelle on ressort quelque peu désorienté sur le cheminement de Réjean et insensibilisé à son sort.

Note : 2,5 sur 5

———-

Date de sortie : 27 août 2010

Box office : 84 309 entrées

Disponible en DVD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s