Critique film : Maurice Richard, de Charles Binamé (2005)

copyright : Cinémaginaire Inc
copyright : Cinémaginaire Inc

Réalisation : Charles Binamé

Scénario : Ken Scott

Distribution : Roy Dupuis, Julie Le Breton, Stephen McHattie, Patrice Robitaille, Pierre-François Legendre, Rémy Girard, Diane Lavallée, Michel Barrette, Mario Jean, Vincent Lecavalier, Stéphane Quintal…

Synopsis : L’histoire vraie de Maurice Richard, joueur mythique de l’équipe de hockey des Canadiens de Montréal…

Durée : 2h05

———-

Critique

Aucune envie de sourciller ou de patienter avant de donner l’avis final : Maurice Richard est un grand film. Et pas seulement un grand film « de » et « sur le » sport. Nous sont racontées ici la destinée d’un homme et la réalité d’une époque, le tout avec une facture simplement magnifique. Avec un tel sujet, le duo Charles Binamé (réalisateur) et Ken Scott (scénariste) pouvaient légitimement être paralysés ou écrasés. Il n’en est rien : ils se montrent à la hauteur et offrent un spectacle exaltant, touchant et somptueux, porté par un Roy Dupuis habité, affûté et touchant.

Maurice Richard réussit à recréer le Montréal des années 40-50, l’atmosphère et les tiraillements de la Ligue Nationale de Hockey sans pour autant en faire un spectacle parasite (l’exercice de style du « film d’époque » est parfois dénaturé, préférant le plus « petit détail correct » au détriment de l' »esprit de la période »), même si l’on peut tout de même regretter les vaines incrustations des acteurs dans des images d’époque au début du film. Et les scènes sur la glace sont tout bonnement bluffantes, pas seulement parce qu’elles recréent des moments de bravoure de « la Comète » mais surtout parce qu’elles sont tellement bien chorégraphiées et mises en scène qu’elles engagent nerveusement le spectateur, devenu par intermittence filmique un supporter de hockey.

Si Ken Scott montre un grand respect envers l’icône « La Comète » – le risque, évité ici, de ce genre de biopic étant justement de tomber dans une trop grande déférence – le scénariste ne perd jamais de vue l’homme « Maurice », plus fragile que sa légende, alternant scènes ou répliques d’anthologie nécessaires à ce genre de biopics (« T’es marié à un joueur des Canadiens » lance Richard à son épouse Lucille en plein milieu de la cuisine ou le « That’s what I want ! » que le coach Irvin lance à ses joueurs après avoir salué la rage de ne pas perdre de Richard) et petites subtilités

Et, comme tout film de sport qui doit se respecter, Maurice Richard réussit à créer un vrai sentiment d’exaltation lors des matches (dont les reconstitutions sont aussi crédibles que palpitantes). Les morceaux de bravoure des Canadiens et de Richard, même connus, font palpiter le coeur et donnent envie de frapper dans ses mains. Et parfois même de se lever pour une standing ovation, comme lorsque Richard passe le record des 50 buts de Joe Malone…

Enfin il convient de décerner une mention spéciale à Roy Dupuis, lequel réussit à donner vie à la légende sur la glace et à l’homme en coulisses, sans tomber dans le mimétisme grossier, (trop grosse et trop facile) corde si souvent employée pour les biopics. Si le charisme de l’acteur n’a jamais fait aucun doute, il est ici employé pour le meilleur. Et, au-delà de la performance physique, obligatoire pour un tel rôle, il réussit à donner chair  aux scènes les plus difficiles, celles en dehors de la glace.

Note : 4 sur 5

———-

Date de sortie : 25 novembre 2005

Budget : 7,5 millions de dollars

Box office : 589 795 entrées

Disponible en DVD

La bande-annonce en français à voir sur Cinoche.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s