Critique film : French Kiss, de Sylvain Archambault (2011)

copyright : Cité-Amérique
copyright : Cité-Amérique

Réalisation : Sylvain Archambault

Scénario : José Fréchette

Distribution : Claude Legault, Céline Bonnier, Didier Lucien, Suzanne Champagne…

Synopsis : Fred est un charmeur invétéré, sûr de son jeu de séduction parfaitement rôdé, maniant habilement l’art du « petit mensonge ». Juliette est une bibliothécaire solitaire, passant ses vendredis soirs dans l’animalerie la plus proche. Un jour pluvieux, Fred croise la route de Juliette. Comme à son habitude, il utilise un « petit mensonge » pour subjuguer la belle blonde. Mais lorsque les sentiments commencent à poindre…

Durée : 1h25

———-

Critique :

French Kiss débute comme une comédie romantique comme il en existe des dizaines. Parfaitement exécutée, respectant les codes du genre à la lettre et pleine de charme (grâce à une mise en scène élégante de Sylvain Archambault et à ses comédiens principaux Claude Legault et Céline Bonnier), elle est loin d’être désagréable. La mécanique du « petit mensonge » originel de Fred, qui n’a pas démenti Juliette lorsque celle-ci l’a pris pour Robert, un ancien camarade de classe, fonctionne admirablement et se transforme, comme prévu, en bombe à retardement pour Fred lorsque l’émoi amoureux montre le bout de son nez. A la moitié du film, la conclusion partielle est faite : French Kiss est une comédie romantique impeccablement incarnée mais sans ce petit plus d’originalité, ce doux plaisir dont la seule aspérité (attendue elle aussi) sera donc l’épreuve de vérité finale pour Fred.

Sauf que…

Après avoir entonné au spectateur un air délicieusement connu, la scénariste José Fréchette injecte dans sa mécanique bien huilée un twist totalement inattendu, poussant le spectateur en hors piste. Et cette révélation a également pour conséquence de projeter une image totalement inattendue du personnage de bibliothécaire maladroite. On croyait Fred aux manettes de ce jeu de la séduction… quand en réalité French Kiss remportait son jeu de dupes avec le spectateur.

Hélas, trois hélas, quelques minutes après ce nouveau départ, French Kiss rentre dans le rang, reprenant par un autre angle la même dynamique de la « romcom »… heureusement sans perdre sa saveur initiale, notamment grâce aux prestations de Claude Legault (alternant numéros de charme et d’auto-dérision) et de Céline Bonnier (dont le jeu précis , fragile et méticuleux est au service de la légèreté).

Ce twist inattendu est à la fois le meilleur argument du film et l’origine d’une frustration finale. French Kiss est une comédie romantique classique et agréable. Mais cette romcom aurait pu ne pas être « classique »…

Note : 3 sur 5

———-

Date de sortie : 11 mars 2011

Budget : 4,2 millions de dollars

Box office : 51 794 entrées

Disponible en DVD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s